Le festival de mi-automne

Pour ce premier article, autant surfer sur l’actualité. Le festival de mi-automne vient de s’achever et c’est un des quatre plus grands moments du calendrier chinois. Evidemment, qui dit calendrier chinois dit référence au calendrier lunaire, donc la date (comme celle du nouvel an chinois, un autre évènement festif majeur !) change chaque année.

Très grand évènement dans l’année, ce festival est marqué par le fait qu’une semaine de vacances est la norme. Ainsi, toute l’activité habituelle est ralentie, puisque de nombreux commerces vont être fermés, les administrations closes et la vie semble moins trépidante et bien plus tranquille, surtout dans les campus universitaires.

En effet, ce festival est centré sur la lune. Naturellement, qui dit lune dit références aux mythes et croyances liés à l’astre nocturne. Il serait dommage de ne pas parler des plus importants :

Tout d’abord, la plus amusante est celle de Houyi, un archer qui a tiré et éliminé 9 des 10 soleils qui s’étaient rassemblés ensembles dans le ciel (au lieu d’apparaître chacun à leur tour), provoquant une terrible sécheresse et incendies. En récompense de son exploit, le héros reçut un élixir d’immortalité.

houyi

Houyi tirant sur les soleils. Un sacré archer et autant un exploit qu’un sacrilège… Le père des soleils a dû être ravi !

Mais Houyi refusa d’absorber cet élixir pour ne pas être séparé de son épouse, Chang’e. Le passage important concerne justement son épouse, qui consomma tout l’élixir d’immortalité, parfois à tort, parfois pour éviter qu’un individu mal intentionné ne l’ingère, ou tout simplement guidée par un irrésistible curiosité (telle Pandore). A noter que dans certains contes, Houyi n’apparaît même pas. Devenue plus que mortelle, Chang’e partit alors sur la lune et devint une déesse lunaire.

The_Moon_Goddess-330x500

Chang’e s’envolant au milieu des nuages… On se trouve dans la peinture chinoise classique à 200% !

Ensuite, la légende de Wugang (ou Wu Gang). Cet individu est un immortel « raté » (un humain qui a tenté de devenir immortel). Il fut exilé ou puni et envoyé ou emprisonné sur la lune, la raison principale concerne généralement sa paresse ou son manque de sérieux dans son apprentissage de l’immortalité. Il est condamné à y couper un arbre magique (un immense cannelier) qui repousse sans cesse. Ici, cette tâche impossible rappelle grandement les supplices des Enfers grecs (le Tartare), notamment celle de Sisyphe, condamné à faire rouler un rocher en haut d’une colline.

20121008113614489

Un brave crétin si vous voulez mon avis… On devrait remettre à jour de telles punitions dans l’Education Nationale pour relever le niveau !

 

Enfin, le lièvre ou lapin de jade, une entité attachée à la médecine ou l’herboristerie, se trouve également sur la lune. La raison originelle est tout bonnement astronomique. En effet, les taches de la lune laissent imaginer un lapin travaillant au mortier.

20090210rabbitinthemoon_1

Dans les mythes, ce lièvre concocte l’élixir d’immortalité à l’aide d’un pilon et mortier de jade.

lapins lune

Soyons clair, quand je parle de lapins et de lune, je pense à l’image de gauche, pas vraiment celle de droite ! (merci Ubisoft de faire ainsi rayonner la culture et l’imaginaire à la française ^^)

La lune, et dans ce cadre la pleine lune, est évidemment ronde. Cette forme est à la fois l’origine des mooncakes et de l’idée de réunion, principalement de réunion familiale. Avant de parler de ces gâteaux, il convient d’indiquer un certain nombre d’éléments.

Contrairement à la France, la Chine base son système universitaire sur un modèle hiérarchique. Par conséquent, bon nombre d’étudiants peuvent se retrouver à l’autre bout du pays pour leurs études, surtout si leurs résultats scolaires leur permettent d’entrer dans les meilleures. C’est d’ailleurs souvent leur première grande séparation avec leur famille. D’où le fait que la plupart des étudiants profitent de cette période pour rejoindre leurs villes ou villages natals.

De même, pour diverses raisons (familiales, économiques, professionnelles), les familles peuvent être éclatées sur tout le territoire chinois. Le festival de mi-automne est l’occasion de se réunir pour une majorité de chinois.

Pour cette raison, il est vivement déconseillé de voyager durant les premiers et derniers jours, pour éviter l’immense afflux de voyageurs, les moyens de transport encore plus bondés que d’habitude.

Venons-en aux mooncakes. Ces petits gâteaux sont typiquement préparés, mangés et vendus durant cette période (de la même manière que les galettes des rois sont principalement disponibles durant l’épiphanie). Ce sont des gâteaux ronds (sur le modèle de la pleine lune, donc) et fourrés. Les plus basiques sont fourrés au jaune d’œuf cuit, d’autres le sont aux noix, haricots rouges (et sucrés) ou pâtes rappelant un peu la pâte d’amandes, d’autres encore sont fourrés à des gelées ou pâtes de fruit.

 

Est-ce que c’est bon ? Franchement ? Non.

Evidemment, la qualité industrielle va être la plus basique (de même que le pain ou croissanterie industrielle ou de supermarché), mais même ceux achetés en « boulangeries » ne sont franchement pas délicieux. Je ne parle pas du prix, puisque comme de bien entendu, comme il est question de festivités, les prix ont tendance à grimper de façon exagérée.

mooncakes

Différents mooncakes, du plus industriel (mais avec de jolis emballages en général, faut bien vendre !) au plus « luxueux », en passant par « l’artisanal », franchement décevant…

Qu’en est-il des festivités annexes ? Si les chinois pourront parler de se promener sous la lune ou de réciter et évoquer toute la poésie classique évoquant la lune, dans la rue, on trouve de façon générale assez peu d’activité vraiment typique, de gens costumés à l’ancienne, ou de rites précis. Pas de grandes manifestations ou célébrations nationales. Je ne peux rien dire sur des petits villages ou des communautés plutôt traditionnelles, mais la période n’a rien à voir avec celle du nouvel an chinois. Touristiquement parlant, il n’y a pas grand-chose à tirer de ces vacances si on se trouve dans une métropole.

Il y aurait de nombreuses activités (lâcher de lanternes, plantation symbolique, etc.), mais de là à savoir où aller pour les observer… Il faut vraiment arriver à s’informer, ou suivre les conseils de guides de voyage. Autant pour le traditionnel !

Encore une fois, à moins d’être intégré à une (belle) famille chinoise, un étranger ne profitera pas outre-mesure de l’évènement.

Un spécialiste du chinois ou amateur de poésie pourrait par contre se régaler, étant donné la quantité de poèmes (souvent courts) dédiés à la lune,  à la réunion des êtres chers, aux âmes sœurs…

Quelques exemples de poésie classique et bien connue (je précise tout de suite, la poésie ce n’est pas ma tasse de thé, donc je n’y connais pratiquement rien et elle me laisse très indifférent) :

Pensée dans une nuit tranquille

Devant mon lit, la lune jette une clarté très vive ;

Je doute un moment si ce n’est point la gelée blanche qui brille sur le sol.

Je lève la tête, je contemple la lune brillante;

Je baisse la tête et je pense à mon pays.

Li Bai

 

La lune au-dessus Fuchou ce soir,

Ma femme doit la regarder seule dans notre chambre.

Malheureusement, je pense à mes enfants si loin,

Ils sont trop jeunes pour comprendre mon absence et se rappeler les moments à Chang’an.

Sa chevelure est humide dans la brume parfumée,

Et ses bras de jade blanc sont refroidis par ce clair de lune,

Quand allons-nous nous pencher ensemble à la fenêtre ouverte,

Alors que le clair de lune sèche nos larmes?

Du Fu

 

Les temps sont durs, une année de famine a vidé les champs,

Mes frères vivent à l’étranger, éparpillés d’Ouest en Est.

Maintenant, les champs et les jardins sont à peine visibles après le combat,

Les membres de la famille errent, dispersés sur la route.

Attachés aux ombres, comme des oies séparées par dix mille li,

Ou des racines soulevées dans l’air d’automne de septembre.

Nous regardons ensemble la lune, puis les larmes peuvent tomber,

Cette nuit, notre souhait de regagner la maison est le même pour tous.

Bai Juyi

 

 

Par ailleurs, cette année, ces festivités coïncidaient avec la fête nationale chinoise (le 1er octobre). Il faut d’ailleurs savoir que les défilés militaires ne sont pas systématiques. Cette année, par exemple, rien d’exceptionnel n’a été organisé de façon nationale.

20171001_195850

On est quand même très loin d’une dictature ultranationaliste…

Plutôt étrangement, malgré leur nationalisme plus accentué que pour les européens, il n’y a pas de grande manifestation. Dans la rue, on trouvait simplement bon nombre de drapeaux du pays, et pas mal de gens ont acheté des minis drapeaux (comme ceux qu’on trouve pour n’importe quel évènement sportif ou national, histoire d’agiter quelque chose…). En bref, la démesure chinoise qu’on peut régulièrement observer n’était pas au rendez-vous cette année ! Cela ne veut pas dire que les chinois ne font rien ! De mon côté, j’ai profité d’une sortie en montagne avec le club (universitaire) de kung-fu que j’ai intégré depuis la rentrée. Un peu de marche et surtout un piquenique convivial et bon enfant. C’est aussi cela, baigner dans la culture, profiter de moments en commun et ne pas toujours attendre d’extraordinaires festivités ou évènements…

P1150924

La culture chinoise à la cool !

Publicités

Une réflexion sur “Le festival de mi-automne

  1. Pingback: La fête de la lune | L'expat' en Chine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s